Posted on May 18, 2022

Pourquoi le Canada doit cesser de financer la campagne antiterroriste des Philippines

(Photo credit: Rappler)

To view this Press Release in English, please visit this page.


Press Release
18 May, 2022
Montreal, Quebec, Canada

La Coalition internationale pour les droits de la personne aux Philippines – Canada (ICHRP-Canada) et 20 organisations, dont des églises, des syndicats, des organisations non gouvernementales et des organisations de solidarité canadiennes demandent au gouvernement canadien « de cesser de financer les soi-disant mesures antiterroristes du Gouvernement philippin. Dans un mémoire intitulé « Les droits de la personne et le soutien du Canada à la campagne antiterroriste du gouvernement philippin », soumis au gouvernement canadien, ICHRP et les organisations signataires recommandent que les Philippines soient exclues du financement canadien des programmes antiterroristes du membre États de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN) fournis par le biais du renforcement des capacités de lutte contre le terrorisme (CTCBP) et d’autres programmes d’Affaires mondiales Canada (AMC) et d’autres ministères.

L’appel découle des préoccupations selon lesquelles les activités antiterroristes ne sont pas menées dans le cadre des normes, règles et obligations internationales. Le Gouvernement philippin utilise la campagne antiterroriste pour criminaliser la dissidence, attaquer les détracteurs du gouvernement en les traitant d’ennemis de l’État et en faire les cibles de sa campagne antiterroriste douteuse. Les politiques et mesures antiterroristes équivalent à une déclaration de guerre contre les défenseurs des droits humains, les avocats, les journalistes, l’opposition politique, les défenseurs des droits syndicaux, paysans, environnementaux et autochtones et les autres citoyens qui exercent leurs droits civils et démocratiques.

ICHRP et les signataires du mémoire avertissent le gouvernement canadien qu’il permet par procuration au gouvernement des Philippines d’utiliser la campagne antiterroriste comme outil de répression en fournissant un soutien financier, programmatique et technique. Le Canada risque d’être complice de milliers d’exécutions extrajudiciaires, de perquisitions arbitraires et irrégulières, d’arrestations et de détentions, de campagnes de diffamation et de harcèlement et d’autres graves violations des droits de la personne associées à la campagne anti-insurrectionnelle.

Pour plus d’informations sur le mémoire, les conséquences sur les droits de l’homme de la campagne antiterroriste du gouvernement philippin et le soutien du Canada à cette campagne, veuillez contacter:

Patricia Lisson
Présidente de l’ICHRP Canada
1-514-241-9036
[email protected]

Le mémoire est disponible ici: